Jean D’Ormesson visionnaire : il aurait préféré ne pas mourir en même temps que Johnny

En octobre 1963, la France avait dû dire adieu à deux de ses héros : Jean Cocteau et Edith Piaf, disparus les 10 et 11 du mois. A l’époque, l’interprète de “La Vie en Rose”, alors âgée de 47 ans, avait raflé la plupart des unes de journaux, laissant le non moins illustre poète de 74 ans aux oubliettes…

Jean d’Ormesson visionnaire

En cette semaine de décembre 2017, c’est Jean d’Ormesson et Johnny Hallyday qui nous ont tous les deux quittés à un jour de différence… Une fin de vie que personne ne pouvait prévoir avec une telle précision, et pourtant, il faut croire que l’Académicien de 92 ans a eu du pif, si l’on peut dire…

Le 11 octobre 2008, sur le plateau de Thierry Ardisson, il avait livré une théorie sur les “bons et mauvais jours pour mourir” pour un écrivain. Ce jour-là, l’homme aux yeux rieurs avait développé : “l’écrivain doit faire attention à tout ce qu’il écrit, il doit faire attention à tout ce qu’il dit. Et il doit faire attention à la façon dont il meurt”.

Pour étayer sa pensée, Jean d’O avait d’ailleurs évoqué Cocteau et Piaf mais aussi “l’Académicien Jules Romains, décédé un 14 août. C’est désastreux car, le lendemain, c’est le 15 août” avait-il plaisanté.

Pas de jaloux

Finalement, Jean d’Ormesson n’aura pas à se faire de soucis pour sa postérité. En effet, la France va rendre hommage à ces deux figures vendredi et samedi, mais pas de la même manière… L’écrivain aura droit à une cérémonie vendredi dans la cour des Invalides, à Paris. De son côté, la dépouille de Johnny descendra les Champs-Elysées jusqu’à l’Eglise de la Madeleine, ce samedi. Le président Macron assistera aux deux cérémonies.

>> A voir aussi : Secret Story : les candidats apprennent la mort de Johnny Hallyday

F.A

à lire aussi